Château du Clos Lucé Château du Clos Lucé Chambre de Léonard de Vinci Jardin des marais Château du Clos Lucé Château du Clos Lucé Château du Clos Lucé 500 ème anniversaire
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci
Château du Clos-Lucé- Parc Leonardo da Vinci

Visite du château

C’est à l’invitation de François Ier que Léonard de Vinci quitte l’Italie et s’installe au Château du Clos Lucé où il vécut les trois dernières années de sa vie.

Le roi de France qui traite Léonard avec honneur le nomme « Premier peintre, architecte et ingénieur ». Il met à sa disposition sa demeure, ainsi qu’une pension princière d'environ 1000 écus d’or par an et goûte presque chaque jour le plaisir de converser avec lui. Entouré de l’affection fervente du roi et de celle de sa sœur Marguerite de Navarre, Léonard est libre de rêver, de penser et de travailler.

Léonard de Vinci travaille sur de nombreux projets pour le roi et organise pour la cour des fêtes merveilleuses. Il inspire autour de lui la pensée et la mode. Après avoir écrit que « nul être ne va au néant » et considérant « la certitude de sa mort et l’incertitude de son heure », il fait son testament et recommande son âme à Dieu « Souverain, Maître et Seigneur ». Le 2 mai 1519 il rend l’esprit. On rapporte qu’il pleura sur son lit de mort pour avoir offensé le Créateur et les hommes de ce monde en ne travaillant pas à son art comme il convenait. Ainsi que l’écrit Francesco Melzi, le disciple préféré de Léonard dans sa lettre du 15 juin 1519 aux frères de Léonard : «Il sortit de la vie présente, bien préparé avec tous les sacrements de l’église ».

 

La visite commence en montant dans la tour de guet qui permet d’accéder à l’intérieur de la demeure.

La chambre de Léonard de Vinci

Avec sa cheminée décorée des armes de France , le lit Renaissance, les cabinets italiens à secrets…

De la fenêtre de sa chambre, Léonard de Vinci aimait à contempler le Château royal de son ami François Ier. 

Le cabinet de travail

Léonard reste très actif comme l’attestent ses nombreux dessins et croquis de la période française réalisés à Amboise. Le maître note de sa main la première date française de l’ensemble de ses feuillets, Jour de l’Ascension à Amboise, à Cloux, mai 1517.

Artiste de cour, Léonard se présente comme pittore del re, peintre du roi, et apporte la dernière touche aux oeuvres qu’il a apportées avec lui, dont le Saint Jean Baptiste aujourd’hui au Louvre.

En tant qu’ingénieur et architecte, Léonard de Vinci travaille sans relâche sur plusieurs grands projets d’urbanisme faisant l’objet de commandes royales : tel le projet architectural d’un immense et grandiose palais royal et d’une ville nouvelle à Romorantin.

La Grande salle Renaissance

Léonard de Vinci accueillait dans cette pièce de réception ses illustres visiteurs. On retrouve le décor du XVe siècle avec ses tapisseries et objets de la Renaissance : cathèdre, coffres, buste de François Ier… 

La cuisine de Léonard de Vinci

Pièce centrale de la cuisine, domaine de Mathurine, la haute cheminée en pierre est restée intacte. Sont exposés des plats ronds en dinanderie ornés de scènes de l’Ancien Testament, une « caquetoire », chaise utilisée pour converser, des tapisseries des XVe et XVIe siècles.

Au sous-sol: quatre salles dédiées aux collections uniques de maquettes du Clos Lucé

En descendant l’escalier, rendez-vous avec Léonard ingénieur. Les quatre salles sont dédiées aux inventions du Maître. Parmi les 40 fabuleuses machines réalisées d’après les dessins originaux de Léonard dans les matériaux de l’époque : le premier pont tournant, le premier char d’assaut, la première automobile, le bateau à aubes, la machine volante, ancêtre de l’avion, l’hélicoptère, le parachute…

Un lieu, une histoire

Le Manoir de Cloux, appelé Château du Clos Lucé, a été édifié en 1471 sur des fondations du XIIe siècle par Estienne le Loup, maitre d’hostel du roi Louis XI. Le logis s’organise autour d’une tour d’angle octogonale abritant un escalier à vis entouré de deux bâtiments à deux étages construits en équerre. L’élégante façade de briques roses et de pierre de tuffeau porte la marque architecturale du XVe siècle. Acquis par Charles VIII en 1490, le Clos Lucé devient demeure royale pendant 200 ans. Louise de Savoie y éleve là ses deux jeunes enfants : le futur François Ier et sa sœur Marguerite de Navarre.

Un invité de marque

Le plus grand, tout au moins par le génie, de ceux qui franchirent la poterne en ogive du château est Léonard de Vinci. En 1516, à plus de 60 ans, il quitte l’Italie, laissant derrière lui les travaux accomplis à Milan, Florence, Rome, et traverse les Alpes apportant avec lui trois de ses œuvres majeures : Sainte Anne, la Vierge et l’enfant, la Joconde et Saint-Jean Baptiste ainsi que ses nombreux carnets de croquis et ses multiples études.

Le 23 avril 1519, Léonard considérant la certitude de la mort et l’incertitude de son heure rédige son testament avec l’aide de Maître Guillaume Boreau, notaire en la Cour royale.

Considérant que nul être ne va au néant, Léonard rend l’âme dans sa chambre du Château du Clos Lucé, le 2 mai 1519 à l’âge de soixante-sept ans, après avoir reçu les derniers sacrements de l’Eglise.

François Ier accablé de tristesse, prononce ces simples mots : « Pour chacun de nous, la mort de cet homme est un deuil car il est impossible que la vie en produise un semblable ».

En savoir plus sur les visites du château du Clos Lucé >>